Dates des Débats Public sur l’Eau.

Réunions sur la consultation du public sur l’eau organisées par SEVRE PROPRE 2015:

 -Mardi 12 mai à 18h30 centre social du Douet, rue de la Garillère St Sébastien.

 -Mardi 19 mai à 20h30 espace Beautour, salle du muguet, place de la poste à Beautour.

-Vendredi 22 mai à 20h00 , salle Gérard Philippe, derrière l’église aux Sorinières.

-Mercredi 27 mai à 20h30 salle des Lavandières(ex camping) Boulevard Guichet -Serex, Vertou.


affiche 2-04-15 BD

 

Publicités

BILAN de SÈVRE PROPRE 2015 sur 9 ans.

Lors de l’assemblée générale, fin Février,  Alexandre Morisseau a retracé l’historique et les actions de SÈVRE PROPRE 2015 depuis sa création en 2005 à aujourd’hui.

adhérents-sèvre-propre-à-l'assemblée-générale-2015

SÈVRE PROPRE 2015 est née du constat de dégradation de la qualité des eaux, ainsi, en 1976 année de sécheresse, on a pu observer un pic de pollution de l’eau. Le manque de pluies avait concentré les polluants en Loire et dans la partie aval de la Sèvre où l’eau était de couleur café-au-lait, de nombreux poissons avaient le ventre en l’air.

Puis en 1992 la municipalité de Vertou conduite par Luc Dejoie ouvre une décharge polluante dans le lit de la Sèvre à la Suza ( un lieu idyllique où les enfants autrefois se baignaient l’été).

Cette accumulation d’agressions contre le milieu naturel, motivent un certain nombre de personnes à s’engager pour la reconquête de la qualité de l’eau, suite à l’appel des agences de l’eau en 2005. Il s’agit d’appliquer la Directive Cadre Européenne 2000 qui exige une bonne qualité d’eau dans les rivières d’Europe en 2015.

La lente et inexorable dégradation de la qualité de l’eau depuis les années 1950, tempère toutefois, chez les fondateurs de l’association l’idée d’un résultat positif de leur action. Pour cette raison les statuts fixent la durée de vie de SÈVRE PROPRE 2015 à 10 ans, estimant qu’au delà de cette date la pollution des eaux ne pourra être endiguée. En effet, depuis 1964, naissance du 1er organisme chargé de l’eau, la ressource n’a cessé de se dégrader malgré l’augmentation de la redevance. L’on constate quelques améliorations locales de l’eau, mais une dégradation générale incontestable, pour preuve, les eaux littorales ou 90 % des gisements de coquillages sont pollués.

 Les lois protégeant l’eau sont contredites par des décrets autorisant les dégradations.

 A ce jour, le monde politique en état d’échec, sur le plan économique n’a plus l’autorité pour imposer la reconquête de la qualité de l’eau. Les lobbies d’agriculteurs et d’industriels installés en surnombre dans les comités de bassin, s’exonèrent en partie de payer la redevance, voire s’attribuent des aides de façon opaque.

 Ainsi, en 2013, leur part de redevance à été de 13 % pour 76 % d’eau consommée, alors qu’elle est de 87 % pour 24 % consommée par les particuliers.

 Ce scandale a été dénoncé par la cour des comptes

 Avec le recul on est effaré de l’incompétence des responsables de l’eau. Ainsi en 1978, Michel d’ Ornano Ministre de l’environnement déclarait :  » les rivières Française ne seront plus polluées d’ici 15 ans « . Patrick Rimbert ex Maire de Nantes, en 1991 déclare, parlant des rivières de l’ agglomération :  » le milieu sera propre dans 5 ans « . Noël Mathieu, directeur de l’agence de l’eau Loire-Bretagne annonce en 2009 : « nous visons 61 % des rivières en bon état en 2015 « , en fait seulement 30 % de l’objectif est atteint sur le bassin. Le sous-bassin « Loire aval et côtiers Vendéens » qui nous concerne n’a que 8 % de rivières en bon état, soit 92 % en mauvais état pour nos rivières locales.

Concrètement, quelle a été l’action de SÈVRE PROPRE 2015   pendant cette décennie ?

Cela a d’abord été la formation, apprendre les mécanismes qui polluent l’eau, les lois qui régissent son utilisation, connaître les instances décisionnelles.

Des interventions auprès d’entreprises, d’institutions telles le Conseil Général, Nantes Métropole, les Mairies, concernant les SPANC, les eaux parasites, les stations d’épuration, les surverses, les destructions de zones humides, l’artificialisation de ruisseaux, le réseau unitaire de Nantes, le pompage de secours canal St Félix.

Nos interventions ont eu lieu parfois en collaboration avec d’autres associations telles la LPO, Bretagne Vivante, Nature environnement, et l’UDPN 44 à laquelle notre association est adhérente et assiste aux réunions mensuelles avec notamment mission auprès de la carrière de la Faubretière ou sur le site de L’Ecarpière à Gétigné.

Mais aussi des déboires :

Ainsi les municipalités précédentes de Vertou, suite à des conflits liés aux pollutions, ont refusé à SÈVRE PROPRE 2015 de paraître dans l’annuaire des associations, de participer à la journée des associations, de participer aux réunions du syndicat SÈVRAVAL pourtant chargé de l’entretien de la Sèvre.

A Nantes, deux faits majeurs par leur importance nous ont mobilisés :

la construction d’une prise d’eau de secours canal St Félix, inutile pour plusieurs raisons :

               1 / l’eau de l’Erdre est trop polluée pour produire de l’eau potable                                               Presse Océan du 3 février 2009)

               2 / une forte pollution de la Loire peut-être esquivée par l’usine de production d’eau de la Roche, si la pollution est proche – moins de 80 km – par arrêt du pompage et distribution de l’eau stockée dans le réservoir de la Contrie. Une pollution plus éloignée est diluée par la force et le volume du courant. Plusieurs cas de pollutions accidentelles ont eu lieu en Loire, en particulier celle de 1977 provenant des ateliers de la SNCF installés à Vauzelles près de Nevers, plusieurs dizaines de tonnes de fuel lourd, cela fût sans conséquence à Nantes.

la construction de bassins tampons

La ville de Nantes est mal assainie, un tiers de sa surface est en réseau unitaire où se mélangent les eaux usées et pluviales ; en cas de fortes pluies le réseau sature et déverse en Erdre et en Loire des eaux polluées.

Pour y remédier Nantes Métropole a entrepris la construction de bassins tampons pour stocker l’eau polluée. Cette solution n’est pas viable puisqu’une pluie de 3,5 mm correspond à la contenance des 4 bassins projetés, alors que des pluies de 20 mm sont courantes. De plus la station d’épuration de Tougas sera prématurément saturée à cause du traitement d’eau de pluies.

   SÈVRE PROPRE 2015, quant à elle, préconise la séparation des réseaux Eaux Usées – Eaux Pluviales. Cette mise en conformité planifiée sur plusieurs décennies, aurait l’avantage de permettre la rénovation du réseau de distribution de l’eau dont les fuites s’élèvent à 14 %.

Jusqu’à ce jour nous n’avons pas été écoutés

Le Président de SEVRE PROPRE 2015

  Alexandre Morisseau